Pêche du sandre en kayak

Je connaissais un peu la petite gravière de Crèches-sur-Saône, mais je ne l'avais jamais vraiment pêché en kayak. Je l'avais surtout pêché l'hiver dernier avec Irénée et son bateau : de biens chouettes souvenirs, même si les prises n'avaient pas été nombreuses et étaient restées de tailles très modestes.

Comme la Saône et la Seille étaient trop hautes pour une pêche confortable en kayak, j'ai donc décidé de retourner pêcher cette petite gravière en ce jour de fin décembre. Question météo, les conditions n'étaient pas fameuses : un temps hivernal, un ciel bas, gris et un crachin incessant. Heureusement, il ne faisait pas trop froid.

Sans me presser, je suis arrivé sur site vers 11 h 00. Il y  avait quelques rares pêcheurs en place sur les berges de la gravière et un seul bateau à l'oeuvre. Je n'étais pas certain que cela soit très bon signe, mais au moins j'allais être tranquille.

La gravière étant ouverte sur la Saône, j'allais pouvoir pêcher dans cette dernière mais aussi à sa connexion avec la rivière. 

Dans la gravière, les poissons blancs étaient bien présents, mais les touches quasi inexistantes. J'ai tout de même réussi à piquer un petit brochet par 12 mètres de fond.

Brochet de Saône.

 Vite lassé de tourner dans cette petite poche d'eau, j'ai assez rapidement tenté ma chance vers la zone de connexion entre la Saône et la gravière. Dès la première dérive, j'ai touché mon premier petit sandre.

 Sandre de Saône

J'ai donc insisté et insisté. Certainement plus qu'il ne fallait mais je n'avais pas trop envie de retourner dans la gravière et encore moins de m'aventurer dans le courant assez soutenu de la Saône en décrue.

En insistant sur la même zone de pêche, j'ai réussi à capturer quelques autres sandres, mais rien de bien épais...

 

Sandre de Saône

Sandre de Saône

Qu'importe, j'ai le sentiment d'avoir passé une bonne journée sur l'eau et de ne pas m'être ennuyé.


Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


 Rem