La Loire

Le réchauffement climatique ne fait actuellement plus aucun doute. Sur le plan thermique, il se caractérise par des hivers plus doux et des étés plus chauds. Voilà plusieurs étés  d'ailleurs, que la France connait des vagues de chaleurs et des étés particulièrement chauds. Les étés 2003 et 2018 ont été les étés les plus chauds connus sur notre territoire. L'été 2019 n'a pas été en reste puisqu'il est le 3ème été le plus chaud. Autre caractéristique de cet été 2019 : la sécheresse, mais je n'en parlerai pas dans cet article. 

Juin et juillet 2019, les mois de tous les records de température Juin et juillet 2019 : des mois très chauds

Les périodes les plus chaudes de l'été 2019 ont été enregistrées en juin et en juillet. Les mois de juin et  juillet 2019 sont d'ailleurs tristement célèbres puisqu'il sont les mois les plus chauds jamais enregistrés sur terre.

Dans de nombreux pays, comme en France, des records de températures sont tombés. Il a ainsi fait 45,9 °C à Gallargues-le-Montueux, à l'ouest du Gard, à 16 h 20 le 28 juin 2019. Pour illustrer, le site de Météo France indique que 45.9°C correspond àla température que l'on atteint lors d'une journée d'août normale dans la Vallée de la Mort (Californie USA). (http://www.meteofrance.fr/actualites/73726667-record-absolu-45-9-c-c-est-la-temperature-la-plus-chaude-jamais-mesuree-en-france)

Dans mon département de Saône-et-Loire, des records ont aussi été battus. 

Ces vagues de chaleurs ne sont pas sans conséquences sur la température des eaux de nos rivières ainsi que sur les communautés végétales et animales qui les peuplent.

L'objet de cet article est de décrire les températures que certaines rivières ont connu pendant les canicules de 2019. 

 

La mesure des températures  La mesure des températures

Les données présentées ici, sont obtenues à partir de sondes thermiques disposées dans différents cours d'eau du département de Saône-et-Loire. Les enregistreurs sont des sondes thermiques de marque Hobo (Hobo Pendant 64K - UA-001-64). Elles sont paramétrées pour mesurer la température toutes les heures. Certaines sont disposées à l'année, d'autres juste pour l'été.

Sonde de mesure de températures

Ces sondes font partie d'un réseau départemental mis en place par la Fédération de Saône-et-Loire pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique. Dans un cadre professionnel, nous traitons ces données de manière globale en faisant principalement ressortir de valeurs statistiques de "référence". Face à la multiplicité de nos missions, il est peu probable que nous ayons le temps de décrire dans le détail les effets de cette canicule. Aussi je me suis permis d'extraire quelques données pour décrire ces vagues de chaleurs exceptionnelles. Les données qui seront présentées ici sont des données simples : température moyenne journalière, température minimale journalière et température maximale journalière. Elles ont été calculées pour la période du 15 juin au 1er aout 2019 avec des zoom sur les périodes de canicule.

Les rivières étudiées Les rivières étudiées

Les rivières retenues dans cet article sont des rivières de plaine, de deuxième catégorie piscicole du département de Saône-et-Loire. Il s'agit de la Seille dans sa partie aval, de la Loire et de l'Arconce. Elles sont assez différentes dans leur fonctionnement. Un ancien bras de Seille, appelé la Vieille Seille, aujourd'hui presque entièrement déconnecté de la rivière, a aussi été retenu. Il s'apparente à un étang.

La Seille et la Vieille Seille

La Seille  est une rivière profondément modifiée. Elle a été transformée pour permettre la navigation fluviale. A vrai dire, elle n'a plus  le fonctionnement d'une rivière naturelle mais bien celui d'un canal de navigation. Elle forme un écoulement unique de type plat lent profond. Ses berges sont très souvent abruptes et ces eaux sont contrôlées par des barrages. La température est mesurée sur la commune de Cuisery (71) avec deux sondes : une positionnée à 60 cm de profondeur et une dans le fond de la rivière à environ 2.5 m. Dans le vieille Seille, la sonde est positionnée sur la commune de Sermoyer à mi profondeur.

La Seille dans sa partie navigable

La Seille dans sa partie navigable

La Loire

La Loire est un fleuve.  On dit souvent qu'il s'agit du dernier fleuve sauvage d'Europe. Je ne suis pas certain cela soit complètement vrai. Il doit bien y en avoir d'autres, enfin j'espère... Toujours est-il que la Loire ne ressemble pas du tout à la Seille. Elle a conservé un profil naturel de rivière car les hommes n'ont pas réussi à la rendre navigable. Elle présente différentes types d'écoulements qui alternent régulièrement (plat, courant, profond, radier...). Elle se caractérise par la présence de bras mort, de lits secondaires d'îlots et de grèves de sable, de gravier et de galet. Elle offre donc une grande diversité de milieux naturels à de nombreuses espèces végétales et animales.  La température est mesurée à Artaix (71).

La Loire

La Loire

L'Arconce

L'Arconce est une rivière de plus petite taille du centre du département de Saône-et-Loire. Dans sa partie aval, sa faible pente a permis sa domestication. Son cours est transformé par de nombreux moulins dont les seuils forment de vastes plans d'eau (jusqu'à 7 kilomètres de retenue d'eau calme en amont de certains barrages). Elle reste néanmoins une rivière peu large et peu profonde sur laquelle la navigation n'est possible qu'en barque et canoé. De plus, toutes ces portions ne sont pas soumises à l'influence des barrages. En certains secteurs, elles forment une jolie petite rivière ou se succèdent les zones de courants et de secteurs plus profonds. La température est mesurée à Nochize en limite amont de la zone d'influence d'un barrage.

L'Arconce

 

 L'Arconce

 

Températures de l'air pendant les canicules 2019 Caractéristiques des vagues de chaleurs de juin et juillet 2019

En complément des sondes disposées dans les cours d'eau, nous utilisons une sonde qui mesure la température de l'air toute l'année. Cette sonde, placée à l'ombre, à plus ou moins 2 mètres de hauteur, est située sur la commune de Mâcon. Elle nous permet de mieux suivre et comprendre les évolutions de la température au fil des saisons.

C'est ainsi que nous pouvons facilement décrire les deux épisodes de canicule de cet été 2019.

Evolution des températures de l'air à Mâcon pendant canicule 2019

Le premier épisode s'est déroulé du 25 juin au 1er juillet. Pendant cinq journées, il a fait un soleil de plomb avec des températures très fortes. Le maximum enregistré a été 38.49°C le 26 juin à 17h00. Pendant toute cette période la température moyenne journalière a été proche des 30°C.

Le second épisode a été plus court mais tout aussi intense, voire même plus. Les températures maximales ont cette fois dépassé à 2 reprises les 40°C avec un maximum de 41.34°C le 24 juillet à 16h00. Lors de cette seconde vague de chaleur (du 23 au 26 juillet 2019), la température moyenne journalière a été pendant deux jours consécutifs, le 24 et le 25 juillet, supérieure à 32°C.

 

Températures de l'air pendant les canicules 2019 Quelle a été les températures des rivières pendant ces deux épisodes de canicule?

Pour faire simple, j'ai choisi de présenter l'évolution des températures moyennes journalières des rivières de la mi juin à la fin juillet 2019. 

Evolution de la température moyenne de différentes rivières du département de Saône-et-Loire pendant la canicule 2019

Fort logiquement, la température des eaux des rivières a très nettement augmenté pendant les deux épisodes caniculaires. Ainsi, entre le 25 juin et le 1er juillet puis entre le 23 et le 27 juillet, les eaux se sont très sensiblement réchauffées avec des températures instantanées flirtant ou dépassant les 30°C, ce qui est déjà considérable pour un grand nombre de nos espèces piscicoles.

Ceci  étant dit, tous les milieux aquatiques ne se "réchauffent" pas avec la même intensité. 

Parmi les rivières présentées dans cet article, celles dont les écoulements ont été ralentis par la présence des barrages sont plus sujettes à de fortes hausses thermiques. Les eaux calmes de la Vieille Seille (type "étang") sont encore plus sensibles au réchauffement.

Rien n'est finalement très surprenant, mais il impressionnant de constater que la température moyenne journalière des eaux de Vieille Seille a approché et dépassé les 30°C pendant les épisodes caniculaires (Cf. Tableau ci dessous ).

C'est considérable. Au cours de ces jours de fortes chaleurs, les températures ont parfois fluctué entre 28°C et 32°C, des températures dignes des milieux tropicaux...

Tableau des températures minimales, maximales et moyennes des rivières pendant canicule 2019

Pour la rivière Seille, les températures ne sont finalement pas si éloignées que celle de la Vieille Seille. A 60 centimètres de profondeur, les eaux lentes de cette rivière ont atteint des températures maximales de 30°C lors de l'épisode caniculaire de la fin juillet. Lors de ces périodes, les amplitudes thermiques journalières étaient parfois inférieures à 3°C. La température fluctuait entre 27 et 30°C : une vrai soupe. Même la nuit ne permettait pas un refroidissement des eaux.

Plus en profondeur (2.5 mètres), les eaux étaient néanmoins moins chaudes. Selon les jours, la différence des températures maximales entre le fond de la rivière et les eaux de "surface" (60 cm) fluctuait de 0.5 à 3°C. Au niveau des températures moyennes journalières, il y avait une différence comprise entre 0.30 et 1.5°C.

Evolution des températures de la Seille en profondeur et en surface pendant la canicule 2019

Si la rivière Arconce, au point de mesure, a subi elle aussi des hausses de température considérables, la Loire a connu un réchauffement plus modéré. Ce dernier s'explique par le fait que la Loire présente un fonctionnement plus naturel avec des eaux qui s'écoulent et des habitats diversifiés. Mais le soutien d'étiage, effectuait par le barrage de Villerest, pour permettre le fonctionnement des centrales nucléaires situées beaucoup plus en aval, peut aussi expliquer cela (largage des eau de fond et de demi fond). Ainsi la température moyenne journalière de la Loire est assez nettement restée en dessous des 27°C. De même les températures maximales ont été  sensiblement inférieures à celles observées sur la Seille ou l'Arconce (parfois jusqu'à 4°C).

Voilà donc pour ce premier petit tour d'horizon, en espérant qu'il est pu être intéressant. Disposant d'autres données, je pourrai évoquer par la suite les effets de cette canicule sur d'autres cours d'eau, dont des cours d'eau de première catégorie piscicole où la truite fario est très fortement menacée par le réchauffement.

Dans la continuité de cet article, je compte publier pour ces cours d'eau un deuxième document dans lequel les préférences thermiques de nos espèces piscicoles (et principalement les poissons carnassiers) seront comparées aux températures observées pendant ces épisodes caniculaires. On pourra alors évoquer les conséquences de ces phénomènes sur les poissons.

 

Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


 Rem