Un kayak au concours carnassier de Mâcon - édition 2014.

Ce 26 octobre, le soleil était au rendez vous pour le concours carnassier bateau organisé sur la Saône par la société de pêche de Mâcon (La Parfaite). C'est en kayak, comme à notre habitude, que nous nous sommes mesurés à 21 autres embarcations. Ce fut une belle journée d'automne comme on aimerait en avoir plein d'autres avant que l'hiver ne s'installe définitivement.

 

Avant de vous raconter brièvement notre journée, voici un premier bilan rapide de ce concours :

Du soleil, des compétiteurs venus majoritairement de la région (Mâcon, Cuisery, Chalon, département de l'Ain), mais aussi de départements plus éloignés comme l'Yonne et l' Ardèche, de nombreux poissons capturés dont 33 poissons maillés avec 2 jolis brochets dont un de 97.5 cm et un autre de 89 cm.

Ce n'est pas moins de 4 équipes de mon AAPPMA, celle de Cuisery, qui se sont déplacées pour l'occasion. Pour ne citer que les amis les plus, proches, il y avait Stéphane, Lionel, Olivier, Damien et Dams mon coéquipier.

Pour ce qui est du podium c'est l'équipe Fevbre père et fils d' Avallon qui monte sur la 1ère marche, suivi de Laurent Batier et Mathieu Ducote du team carnassier de Mâcon et de Vincent Roller et Antoine Beaumet, aussi de la Team Mâcon carnassier.

 

Le secteur de Saône, de Mâcon centre, est un endroit que j'ai eu maintes fois l'occasion de pêcher quand j'habitais le centre ville. Les nombreuses session de street-fishing occupaient une grande partie des mes soirées d'été et d'automne.

Aussi le coin ne m'était pas inconnu avant de participer à cette édition 2014 du concours bateau carnassier de Mâcon.

 

Voici donc le résumé de notre journée.

 

Aux premiers rayons de soleil, alors que notre kayak filait sans un bruit en direction du célèbre pont de Saint Laurent, un joli vol de cygne est venu nous saluer et nous accompagner dans notre effort.

Le concours pouvait commencer...

 

Pendant les 2 premières heures, nous avons insisté sous les piles du pont, plus en amont et sur des hauts fonds plus en aval.

Alors que nos amis, Lionel et Stéphane, réussissaient à rentrer une première perche maillée et échouaient de peu sur un sandre à la limite de la taille légale (50 cm en Saône-et-Loire), nous nous sommes de notre côté pas mal cassé les dents.

 

Au final ce sont deux petites perches, une à peine maillée et une minuscule qui se sont laissées tenter par mon montage drop shot. Pas de quoi s'enflammer.

 

 

Nous avons donc poursuivi notre concours en abandonnant le pont et en pêchant minutieusement les herbiers et la limite du chenal. Vers 11 heures alors que je commençais à sortir l'arsenal spécifique pour le brochet (gros shad et divinator), Dams m'annonçait "POISSON" : une perche de 25.5 cm nous permettait de débloquer les compteurs. Pour ne pas prendre le risque de la perdre, nous n'avons pas chercher à la prendre en photo.

Pour ma part, je reprenais mes techniques favorites (drop shot, leurre souple en linéaire et tail spin) et m'égarais à sortir une multitude de minuscules poissons dont voici quelques photos.

Vous pourrez constater, que même en no kill, la pêche peut-être une activité traumatisante pour les poissons.

 

 

L'après midi avançait et la fin du concours approchait quand l'activité des poissons s'est quelque peu amplifié. Je réussissais à capturer une perche tout juste maillée : 20.1 cm à ma mesure.

Avec le stress de la capture, le temps de conditionnement en vivier, et la précision de ma mesure, je craignais le pire... qu'elle ne fasse pas la taille auprès des commissaires.

Et ce fut le cas, puisque lors de la mesure officielle, elle ne mesurait que 19.6 cm. C'est-elle contractée (stress)? Ai je déconné au niveau de la mesure? Je ne le serai jamais et ce n'était pas le plus important. On allait pas gagner avec ça et il restait encore plus d'une demi heure pour améliorer le score.

 

Dans les derniers instants, les poissons se sont quelques peu activés puisque 2 perches succombaient aux petits cranckbait de Dams, mais aucunes ne faisaient la taille.

De mon côté et dans le même temps, j'ai bien cru à deux reprises améliorer le score.

Sur une première touche franche, j'assurais un bon ferrage. Sûr de moi, j'annonçais : c'est maillé... sauf que c'était un rotengle, mais un gros rotengle quand même.

 

5 minutes plus tard, sur une touche plus fine, je revivais le même combat, le même espoir et la même déception : encore un gros rotengle.

 

Il y a deux ans lors du même concours, je prenais un gros chevesne de plus 45 cm. Malheureusement à l'époque, il n'était pas comptabilisé, aujourd'hui ils le sont. Il serait peut-être bon de comptabiliser les rotengles pour la prochaine édition ?

 

Blague à part, nous avons passer une super journée et fini à la douzième place. Les équipes de Cuisery ont pris la 9 ème, la 11ème, la 12ème et la 13ème place : un joli tir groupé.

 

Merci à l'Association de Pêche de Mâcon pour l'organisation de cette journée.

 

 

Rem