Voilà bientôt 20 ans que je travaille au bord des cours d'eau à étudier les poissons. Autant vous dire c'est un super job, je ne vais pas me plaindre. C'est une chance de pouvoir travailler avec passion. Aimer tellement les rivières et pouvoir les étudier c'est trop chouette. Maintenant, lorsqu'on travaille dans l'environnement, les résultats sont maigres, très maigres... Il faut savoir être très patient et ne jamais perdre espoir.

Sandre protégeant sa frayère

La température est un élément essentiel dans le développement des populations de poisson. Elle explique pour une très grande part la répartition des espèces piscicoles. Elle joue un rôle fondamental sur la dynamique des populations puisque chaque espèce piscicole, et chaque stade de développement (oeufs larves, juvéniles, adultes) possèdent un optimum thermique propre. Les poissons se reproduisent aussi à des températures définies. Chaque espèce a ses préférences.

Sandre sur frayère

Le sandre (Sander lucioperca, Linnaueus 1758) est un poisson typique de l'Europe centrale et orientale. Introduit dans le Rhin vers 1888 puis 1910, dans le bassin de la Saône  vers 1915-1920, dans le Rhône moyen et inférieur vers 1930, l'espèce s'est petit à petit développé dans nos cours d'eau de l'Est de la France

 Truite d'une gardon de Sainte Croix, une rivière Cévenole

Pour changer un peu, j'ai choisi d'évoquer dans cet article les résultats d'un travail scientifique que j'ai eu l'occasion de découvrir lors d'un colloque sur la continuité écologique. Pour tout dire, c'est une petite vidéo d'une vingtaine de minutes que j'ai partagé. Loin de moi l'idée, de vous ennuyer avec du travail scientifique complexe et difficile à digérer. J'ai trouvé cette présentation très passionnante alors j'ai voulu vous l'évoquer.

Quelque chose à nous dire!