La Seille en crue

En cette fin d'année, je suis retourné en kayak sur la Seille une dernière fois pour espérer prendre quelques sandres. La partie n'était pas gagnée car la Seille était encore très haute et il n'était pas garantie que les poissons ne soient pas éparpillés au 4 coins de la rivière.

Dans ces conditions de hautes eaux, il arrive qu'on perde nos repères et qu'on ne sache plus trop où pêcher. D'une part, on se repère assez mal et d'autre part lorsqu'on a retrouvé ses postes habituels, la pêche n'est plus la même en raison du courant et de l'augmentation de la profondeur.

Départ pour la Seille en kayak

C'est bien ce que j'ai vécu lors de ma dernière sortie de l'année ; les arbres en berge et leur branches les plus basses baignés dans la rivière.

Les courants n'étaient pas habituels et à la première dérive, par manque d'attention,  je me suis retrouvé dans la berge au milieu des branches. En essayant de décrocher une de mes lignes, j'ai perdu mon support d'appareil photo. La partie commençait bien...

Un peu plus loin, sur un poste qui m'est bien connu, mais que je n'arrivais pas à pêcher proprement, je vais finir par toucher un gros glane. Peu impressionné par mon matériel et mon kayak, il m'a tracté sur une centaine de mètres avant de se caler dans un arbre et de casser ma ligne.

Tracté par un gros glane

Rien n'était simple. 

La Seille en crue

 Et puis j'ai repéré le petit groupe de cormoran qui habite le secteur (environ 4 oiseaux). Beaucoup n'aime pas cet oiseau, moi je n'en suis pas très "fan" mais il me dérange peu lorsqu'il forme de petites colonies et surtout lorsqu'il m'indique où se trouve les boules de vifs. 

Sur ma rivière lorsque j'aperçois cette petite colonie sur l'eau, je suis sur qu'ils sont sur les bancs de blancs. En condition normale de débit, ils pêchent un peu comme nous, ils vont dans les zones les plus profondes. Mais en condition de forts débits, il arrive que  les poissons blancs fuient ces zones profondes et vont se réfugier ailleurs.

Et là ce n'est jamais simple... Car qui dit boule de vif, dit poissons carnassiers à l'affût. 

Ayant repéré la petite colonie d'oiseau, je suis allé les déranger et m'installer à leur place. Et là, effectivement, j'ai retrouvé quelques boules de vifs : pas nombreuses, mais bien en place et peu mobiles. 

L'après-midi était déjà bien avancée et il me restait guère de temps de pêche. Mais en insistant un peu sur la zone, j'ai fini par toucher le dernier poissons de l'année : un chouette sandre.

 

Sandre de Seille

Sandre de Seille

Après cette session, il me tardait déjà de reprendre ma carte et de revenir bien vite sur la rivière.

 

Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


 Rem

 

 

Quelque chose à nous dire!