La Loire

C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé les bords de Loire en ce week-end du début du mois d'août. Les températures étant caniculaires, ce fut sympa de pêcher les pieds dans l'eau pendant ce premier coup de chalumeau de l'été. En espérant qu'il y en ai pas de trop, car la sécheresse est terrible cette année et les rivières souffrent.

Je comptais pêcher  principalement  les chevesnes. Je m'attendais à trouver la Loire assez basse, mais les lâchers d'eau du barrage de Villerest favorisaient un débit plus important que celui que j'espérais pêcher.

Il m'a donc fallu changer un peu mes habitudes. Les postes que j'espérais pilonner, présentaient moins d'intérêt dans ces conditions d'écoulements.

J'ai d'abord passé pas mal de temps à chercher les chevesnes, mais pas moyen de les localiser. C'est en allant un peu plus loin qu'à l'habitude que j'ai aperçu une chasse en milieu de Loire. J'ai d'abord pensé et espéré que ce puisse être un aspe.

Le temps de changer de poisson nageur, j'ai de nouveau aperçu des chasses en milieu de Loire. Cette fois, la confusion n'était plus possible. C'était une meute de perches en chasse dans les alevins. J'ai enchaîné les lancers dans les chasses. Les poissons étant nombreux et très actifs, j'ai pris perche sur perche pendant une petite vingtaine de minutes. Puis tout c'est calmé.

Perche de Loire

Perche de Loire

Perche de Loire

Je suis donc rentré à la maison et me suis promis d'y retourner le lendemain matin.

Après la petite sortie vélo du dimanche matin, je me suis rendu à nouveau sur site pour profiter d'une fenêtre d'une heure de pêche. Au premier lancer, ce fut une perche. Au second, ce fut une deuxième perche. Puis les touches se sont calmées, mais j'ai tout de même réussi à sortir 8 poissons.

 

Perche de Loire

Perche de Loire

L'heure du repas approchant, j'ai laissé le poste au repos. L'activité était déjà bien moindre que la veille.

Mais je me suis dit qu'il serait intéressant d'essayer à nouveau en début d'après-midi pour voir. 

De retour sur le poste, elles étaient encore là. Elles chassaient de façon active. Premier lancé, premier poisson, mais la fête s'est bien vite arrêtée ; à croire qu'elles en avaient marre. En insistant une trentaine de minutes, je n'ai pris qu'une seconde perche alors qu'elles chassaient encore un peu.

De toute évidence, elles étaient devenues craintives. Peut-être qu'on finit par les éduquer. En quittant les lieux, je leurs ai promis de ne plus les embêter. 

  


Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


 Rem

 

 

Quelque chose à nous dire!