Où pêcher la truite en Saône-et-Loire?

Pêcher la truite fario n'est pas toujours chose évidente dans certains départements, car les rivières où l'espèce se développe sont rares. Le département de Saône-et-Loire est plus évocateur pour la pêche au silure ou la pêche à la carpe. Si les rivières aux caractéristiques salmonicoles sont rares, il subsiste tout de même quelques secteurs d'intérêt où il est possible de prendre de la truite fario en dehors de la période d'ouverture et de ses traditionnels déversements de poissons surdensitaires

Les poissons dont on parle dans cet article sont des poissons sauvages issus du recrutement naturel. Même si la Saône-et-Loire n'offre pas les mêmes potentialités que d'autre départements, il existe quelques bassins salmonicoles d'intérêt.

 

Le plus connu est bien évidemment le secteur du Morvan, mais on peut aussi évoquer le secteur du Haut Beaujolais (Chauffailles, La Clayette) ou encore le Haut Clunysois avec la Haute Vallée de la Grosne.

Toutes les rivières de ces secteurs ont des gabarits et des largeurs modérées n'excédant pas les 10 à 12 mètres. De plus elles sont situées plutôt sur des massifs cristallins où la nature géologique des terrains (granitique) ne permet pas un développement fort de la croissance des truites.

Dans ces milieux plutôt pauvres les truites ne dépassent que rarement la taille de 30 cm. A l'âge de 3 ans, les truites mesurent plus fréquemment 18 à 20 cm quand sur les rivières calcaires elles atteignent et dépassent parfois largement les 30 cm.

 

Mais qu'importe, ces petites rivières sont des endroits privilégiées et encore relativement préservées où il est très agréable de passer une après midi à l'ultra léger ou au toc car les densités des truites sont encore respectables. Attention toutefois au niveau d'eau qui doivent être légèrement soutenus.

 

Sans entrer trop dans le détail, dans la suite de cet article sont présentés quelques cours d'eau d'intérêt avec les secteurs à privilégier.

 

Où pecher la truite en Saône-et-Loire?Petit aperçu des meilleurs secteurs sur une carte du département

 

 

Le Morvan et ses truites.Le Morvan

Le territoire du Morvan dans le département de Saône-et-Loire est parcouru par une multitude de rivières et ruisseaux rapides, caractérisés par des eaux claires, peu profondes ou la qualité de l'eau est encore relativement préservée et bien oxygénée. Des espèces emblématiques colonisent ces milieux aquatiques comme l'écrevisse à pieds blanc et la moule perlière (Ternin et peut-être Méchet).

Les peuplements piscicoles sont de type salmonicole avec la présence de la truite fario et de ses espèces accompagnatrices : lamproie de planer, chabot, loche franche et vairon. A mesure qu'on descend le cours de ces rivières, les espèces d'eau plus chaudes telles que le chevesne, le goujon, le barbeau, le spirlin...apparaissent.

 

Le Ternin 

Cette rivière est à pêcher de préférence en amont de Tavernay, voir même de Lucenay-L'Evèque pour rester le plus possible dans la zone salmonicole. Sa largeur respectable autorise pleinement la pêche aux leurres et peut-être même pour les plus adroits la pêche à la mouche. Les truites sont encore présentes sur ce cours d'eau mais depuis la création du barrage de Chamboux (1985), la qualité générale du milieu s'est quelque peu altérée et les peuplements sont mixtes (cyprinidés d'eau vives et truite). Plus en aval les captures de brochets ne sont pas rares.

 

La Canche

Cette rivière prend ses sources dans le massif du Haut Folin. Les premiers kilomètres de son parcours sont magnifiques : la rivière s'écoule au milieu des bois et des tourbières. Si les truites sont très abondantes, elles sont de toutes petites tailles. Puis le Canche s'enfonce dans des gorges profondes et remarquables pour le département de Saône-et-Loire. Nous sommes alors dans le royaume des cascades et des vasques. Cette portion de cours d'eau est riche en truites mais l'accès est difficile et dangereux (Attention aux chevilles). Enfin la Canche termine son parcours plus tranquillement avant de rejoindre la Chaloire pour former la Celle. Les truites sont encore abondantes même si les premiers chevesnes ont fait leur apparition.

 

La Canche constitue sans contexte la rivière la plus salmonicole du secteur Morvan en Saône-et-Loire. Cependant sa largeur et ses faibles niveaux d'eau rendent la pêche compliquée sur ces portions en amont. La partie aval reste sans conteste, la portion la plus intéressante pour la pêche (moins dangereuse que les gorges).

La Chaloire/ La Celle

La Chaloire forme la Celle après sa confluence avec la rivière Canche. Connaissant un peu moins cette branche de rivière (Chaloire et Celle), je préfère plutôt l'illustrer avec deux photos plutôt que de raconter n'importe quoi.

Si je n'ai jamais eu l'occasion de pêcher cette branche de rivière, je connais néanmoins quelque peu ses peuplements piscicoles. La nature de ses habitats et de ses faciès d'écoulement sont typiques de la zone à truite, ce pourquoi les farios et leurs espèces d'accompagnement déjà citées préalablement sont nombreuses. Mais comme sur de nombreuses rivières à truite, le réchauffement des eaux favorisent quelque peu la présence des cyprinidés d'eau vives : chevesne, barbeau, vandoise, spirlin.

 

Le Méchet

Cette rivière prend ses sources sur le massifs du Haut Folin. Elle est aussi alimentée par des ruisseaux dévalant les pentes du Mont Beauvray. Pour ma part, je conseille de la pêcher en amont de la Grande-Verrière là ou les peuplements sont plus strictement salmonicoles. L'aval est aussi colonisé par quelques truites de couleur noir et or du Morvan mais le peuplement est plus mixte (chevesne, barbeau...).

Il est à noter la présence d'un parcours mouche No Kill sur le secteurs de la Grande Verrière. Ce dernier est bien renseigné avec de nombreux panneaux.

 

 

Pêcher la truite dans le Sornin?Le Sornin et le Haut Beaujolais (Secteur La Clayette, Chauffailles)

Changement décor et changement de secteur, le Sornin est un affluent de la Loire situé tout au Sud du Département de la Saône-et-Loire. Nombreuses des rivières et des ruisseaux à Truite du secteur prennent naissance sur les flancs du Mont Saint Rigaux puis s'écoulent à travers les bois de résineux et les bocages du secteur.

A première vue, le Sornin semble être la rivière salmonicole parfaite. De nombreux courants, une belle végétation rivulaire, des caches, tout semble indiquer la présence en nombre des truites. Pourtant les apparences sont quelques peu trompeuses. La truite est bien présente mais ces densités restent faibles. Il est préférable de le pêcher en amont de La Clayette. Cette rivière se prête bien à la pêche au leurres. Je compte même essayer cette année de la pêcher au Tenkara. A défaut de truite, il y aura toujours quelques chevesnes pour s'amuser.


Mais sur ce bassin les rivières les plus riches en densité de truite sont le Mussy, le Botoret et l'Aron. Leur gabarit rend la pêche aux leurres quelques fois délicates, mais ça se tente...

 

Le Mussy

A son entrée dans le département, sur la commune d'Anglure-sous-Dun, les truites farios (plutôt de petites tailles) sont abondantes. Mais il y a un "hic" car depuis quelque temps la pêche est interdite sur ces parcours amonts (réticence des propriétaires). Peut-être que cela changera un jour. Le reste du Mussy offre un parcours très agréable et la partie aval forme même quelques petites gorges où j'ai souvent eu l'occasion de capturer des truites au poisson nageur. Sur cette rivière, les truites de plus de 20 cm sont tout de même rares.

 

Le Botoret

A l'amont de Chauffailles, le Botoret présente des abondances de truite fario très importantes. Mais la rivière est de petite taille aussi il préférable de la pêcher au toc ou alors aux leurres mais juste sous la canne.

En aval de Chauffailles, la qualité de l'eau, bien que cette dernière se soit considérablement améliorée ces dernières années, reste "limitante" pour le développement d'une belle population de truite fario. Aussi il est préférable de privilégier les secteurs encore plus aval après la confluence avec l'Aron.

Le Botoret, en certains secteurs, présente alors un parcours très vif (courant, rocher) et agréable à pêcher à l'ultra léger.

 

L'Aron

Plus on s'éloigne de l'étang de Cadollon, plus la qualité générale de la rivière s'améliore ce qui se ressent quelque peu sur les quantités de truite fario. Je connais peu cette rivière aussi je ne m'aventurerai pas à trop la commenter. Si je devais la pêcher, je choisirai simplement la partie la plus aval pour les raisons évoquées précédemment.

 

 

Pêcher la truite dans la GrosneLa Haute Grosne (Saint Léger-sous-la-Bussière)

 

Si jusqu'alors, n'ont été évoqué que des petites rivières à truite du bassin atlantique, nous passons maintenant sur le versant méditerranéen situé juste de l'autre côté du bassin du Sornin.

 

Le réseau hydrographique sur les portions amont du bassin de la Grosne offrent quelques potentialités pour la pêche à la Truite Fario aussi bien dans le département de Saône-et-Loire que dans le département du Rhône pour la Grosne Occidentale et la Grosne Orientale.

Jusqu'à présent, j'ai plutôt pêché ces rivières au toc car leur gabarit est parfois restreint. Mais c'est sur la Grosne en Saône-et-Loire que j'ai pris le plus de poissons, et les poissons les plus gros. Attention ce ne sont pas des monstres, 28 à 30 cm au maximum.

 

 

Il faut savoir garder ses coins aussi je ne vous en dirais pas plus. Par contre il ne faut pas hésiter à pêcher assez haut sur le bassin (amont de Saint-Léger-sous-la Bussière).

 

 

Voilà un petit tour d'horizon de quelques rivières à truite du département de Saône-et-Loire. Il est certain que le département n'offre pas les mêmes potentialités que d'autres.

Il est certain aussi que je préfère maintenant pêcher les grosses rivières de certains coins de France où les poissons atteignent des tailles remarquables. Mais de temps en temps il est bon de revenir aux sources et de s'exercer sur ces petits milieux.

 


Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


Rem