Étiage sévère sur un petit ruisseau

Tout commence ainsi. "Il était une fois", un joli petit ruisseau qui s'écoulait entre les monts du Clunysois; département de Saône-et-Loire pour les lecteurs qui ne sont pas de la région. Ce petit ruisseau, aux eaux vives, claires et fraîches serpentait à travers le bocage.

Malgré son classement en deuxième catégorie piscicole, il abritait en quantité de grosses truites. Grosses truites que de nombreux pêcheurs de toutes la région venaient essayer de capturer.

Mon père, les amis de mon père et de nombreux pêcheurs que je croise dans mon métier m'en parlent encore. Ce petit ruisseau était un véritable paradis. Il reste dans la mémoire de beaucoup. Pour ma part je n'ai pas connu cette époque faste.

Si je parle au passé, c'est que depuis bien longtemps un événement est venu bouleverser la vie de ce petit ruisseau.

Aujourd'hui, des truites il n' y en a plus. Le sable a remplacé la jolie granulométrie de gravier et de galets qui recouvraient les fonds propres du ruisseau. Dans les zones calmes, des dépôts de particules fine (type vase), viennent asphyxiés les fonds de la rivière. Chevesne et goujon ont trouvé leur bonheur dans ce milieu bien altéré. On trouve même parfois des perches et des poissons chats.

En été, l'eau vient trop souvent à manquer et le ruisseau s'assèche par endroit. Les eaux trop chaudes ne permettent plus la vie de la truite. Ce phénomène est d'autant plus accentué avec le réchauffement climatique actuel.

La vie de ce petit ruisseau, le Valouzin, a été en très grande partie détruite depuis la création à la fin des années 1960 d'un grand  plan d'eau appelé Lac de Saint Point.

Petit ruisseau assèché
Le Valouzin assèché

Quelle belle idée! Avec ce lac, la vie touristique de la petite vallée allait pouvoir se développer.

 Un camping s'est installé tout à côté. Le lac est devenu un endroit prisé de quelques baigneurs, promeneurs mais aussi des pêcheurs de carpes, de brochets et de fritures. Avec le temps, la pêche s'est bien développée sur le lac. Aujourd'hui de nombreux pêcheurs préfèrent très certainement pêcher dans cette retenue d'eau plutôt que dans le joli petit ruisseau à truites qu'était le Valouzin

Supprimer ce plan d'eau serait un "crime" . Supprimer le petit ruisseau n'a finalement attristé que quelques pêcheurs locaux, quelques aficionados de la truite et malheureusement très peu les organismes soucieux de l'environnement et le monde de la pêche en général. 

Certes les étangs sont aussi des écosystèmes. Parfois ils abritent des espèces menacées. Ce n'est pas le cas du lac de Saint Point. Certes les étangs ont une valeur sociale forte, une valeur halieutique non négligeable, parfois un intérêt économique important.

Mais lorsqu'ils sont implantés directement sur le lit d'une rivière, les plans d'eau sont une menace. En effet l'écosystème "plan d'eau" détruit à petit feu l'écosystème rivière. Nous pêcheurs, sommes complices de cette destruction. Il s'agit d'une pollution au même titre que d'autres. Et pourtant on en parle bien rarement dans le monde de la pêche.

Les étangs sont une source d'altération multiple pour le cours d'eau.

Trop fréquemment les eaux de l'étang chauffent et s’évaporent au soleil (en été), accentuant ainsi  le régime thermique des rivières et favorisant les assecs. L'étang dont je parle ne restitue actuellement plus aucune goutte d'eau à la rivière si ce n'est celles issues des fuites dans la digue. L'étang vole ainsi toute l'eau du ruisseau qui peine à avoir un écoulement continu. En cet été 2017, les poissons du ruisseau meurt par manque de débit ou pire encore ils sèchent au soleil par absence d'eau. Le lac de Saint-Point n'explique pas à lui tout seul les assecs du ruisseau, mais il y contribue au même titre que tous les prélèvements qui peuvent avoir lieu dans le ruisseau et ses nappes associées.

Un étang qui capte toute l'eau
L'étang de Saint Point ne restitue pas une goutte d'eau au ruisseau.

De manière plus général, l'oxygène des rivières et ruisseaux vient à manquer en aval des plans d'eau du fait du réchauffement des eaux des étang mais aussi de l'inertie des masses d'eau et de la dégradation de la matière organique. D'autres paramètres physico-chimiques changent ainsi en aval des étangs.

Lors des vidanges d'étang, sable et particules fines viennent se déposer sur les fonds du ruisseau asphyxiant ainsi toute la vie associée au substrat.

Ruisseau asséché
Ensablement et envasement des fond du ruisseau asséché.

L'étang permet aussi la propagation de tout un ensemble d'espèces non adaptées à la vie des rivières et ruisseaux (poisson chat, perche soleil, gardon...). Parfois l'étang apporte même des espèces très dangereuses pour la survie de certaines de nos espèces autochtones menacées. C'est le cas des écrevisses signal, des écrevisses de Louisiane ou de l'écrevisse américaine qui lorsqu'elles sont présentes dans le ruisseau entraînent bien souvent la disparition de l'écrevisse à pieds blancs.

Enfin, les plans d'eau constituent avec leur digue une barrière pour la libre circulation des espèces de poissons du ruisseau.

La liste des perturbations générées par un cours d'eau sur un étang est longue. Bien souvent le ruisseau ou la rivière qui alimentent l'étang n'y résistent pas.

C'est ce qui est arrivé au ruisseau du Valouzin lorsque le plan d'eau de Saint-Point à été construit. J'ai choisi de parler spécifiquement de ce ruisseau car il était un cours d'eau fantastique pour la truite. Mais il y a tant d'autres rivières ou ruisseaux qui souffrent de la présence d'étang sur leur cours.

Dans mon département lorsqu'on réalise des études de qualité des rivières dans le cadre d'étude piscicole, bien souvent les plans d'eau sont la principale source d'altération. Trop de pêcheurs l'ignorent. Notre loisir est parfois destructeur de nos rivières.

Mais tous les étangs n'ont pas qu'une simple vocation halieutique. Certains sont d'excellents biotopes pour la batrachofaune, pour les reptiles ou pour les oiseaux. Dans ce cas ils sont parfois classés en réserve ou sont des sites natura 2000. C'est le cas dans mon département du plan d'eau du Rousset implanté sur les sources de la rivière Arconce.

Ces milieux construits par l'homme sont aussi devenus les sites préférés de certains passionnés de faune et de flore. Mais à quel prix! Au prix de la destruction de l'écosystème rivière qui malheureusement n'a plus beaucoup de soutien.

 


Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


 Rem

 

Commentaires   

Remy
0 #4 Remy 23-08-2017 22:31
Merci pour ces infos. C'est sur que la qualité de l'eau est une base essentielle au bon fonctionnement des rivières. C'est vrai aussi que les perches sont très rares sur les portions aval de l'Arconce.
Citer
pierre
+1 #3 pierre 23-08-2017 22:22
C'est vrai que qu'à l'amont de Charolles, je ne connais pas l'Arconce et je veux bien croire qu'à ce niveau les étangs soient le problème majeure. Par contre en aval, l'absence de step aux normes en dehors de Charolles sur l'ensemble des villages traversés par la rivière et ses affluents est de loin le problème majeure avec les rejets d'élevage bien sur.
Citer
Remy
+1 #2 Remy 23-08-2017 21:32
Merci!
Je connais bien l'Arçon. J'ai appris à pêcher dedans. J'ai de la famille à Artaix. C'est une rivière qui effectivement a été détruite par tous les plans d'eau.

Je connais aussi bien l'Arconce sur laquelle, j'ai travaillé pendant 2 années : https://www.peche-saone-et-loire.fr/etude-des-populations-de-poissons-et-decrevisses-des-rivieres-du-bassin-de-larconce/

Il a y certainement des problèmes de qualités d'eau, peu de frayère à brochet mais sur les têtes de bassin, le problème principal est encore les plans d'eau.
Merci de suivre le blog.
Citer
pierre
0 #1 pierre 23-08-2017 11:22
Bonjour,

Très bonne article comme toujours. Pour infos, l'Arçon et l'urbise qui coulent dans le 42 et le 71 sont vident de truites pour la même raison.

Pour l'Arconce c'est plus la qualité d'eau le problème. C'est pas près de changer car le contrat de rivière ne prévoit rien de ce coté là. Pas non plus de frayères à brochet sur la partie aval alors que ce dernier a pratiquement disparu de la rivière. Mêmes les perches sont très rares.

En tout cas merci de mettre l'accent sur la défense des rivières car ces dernières en n'ont grandement besoin.
Citer