La Loire

Voilà un bail que je ne sors plus de la maison, excepté pour faire trois courses et pour passer parfois au bureau. Le temps est long pendant cette période de confinement. En pleine crise sanitaire, liée au Covid 19, il faut savoir prendre son mal en patience.  La patience, c'est plutôt un truc de pêcheurs et pourtant là, il commence à m'en manquer.

Je me plaints mais je ne devrais pas car je suis un privilégié. Tourner en rond dans sa maison et son jardin, c'est toujours mieux que tourner en rond dans son appartement. Pouvoir travailler à la maison, travailler sur les poissons, l'écologie des milieux aquatiques et se passionner pour ce que l'on fait, c'est toujours mieux que de faire un boulot pénible, sans sécurité en pleine crise sanitaire. C'est aussi préférable que craindre de perdre son emploi. Enfin, être en bonne santé, entouré de ses proches, est peut-être là chose principale.

Oui! Mais elles me manquent! Et plus le temps passe, plus elles me manquent.

Parfois alors que je suis dans le jardin, dans le garage à bricoler, entrain d'aider ma gamine à faire ses devoirs, ou au moment de m'endormir, mon esprit s'évade et je pense à elles.

Des images, me reviennent.

Il me semble percevoir le bruit de l'eau sur les graviers, les odeurs de sables et de limons fraîchement exondés sur les berges, le chant des courlis, des martins pêcheurs des petits gravelots. Elles me manquent terriblement toutes ces rivières qui m'accompagnent dans ma modeste vie.

Paradoxalement, elles occupent une partie de mon quotidien. Dans cette étrange période de confinement, je continue mon travail d'hydrobiologiste. Chaque jour,  Je traite leur données de thermie, de débit, leurs peuplements piscicoles. Je profite même de ces moments "isolés"pour mettre au propre tout ce que j'ai pu collecter lors de mes missions de terrain et tout ce que je n'ai pas le temps de faire classiquement au bureau. 

 Si les rivières occupent une partie de mon quotidien, je n'ai pourtant pas l'occasion de fouler leurs berges et c'est bien cela qui me manque. J'ai vraiment hâte de les revoir.

Pour moi, il y a plusieurs types de rivières. Il y a celle que je côtoie professionnellement. Il y a celle que je pêche. Et puis il y a celles pour qui je partage mon temps entre travail et parties de pêche. Pour toutes je garde quelques images, quelques souvenirs dans un coin de ma mémoire. 

Parmi les rivières que j'affectionne, il y a d'abord les grands cours d'eau puissants à la morphologie encore "sauvage". Ces rivières qui ne sont pas toute droite et pour lesquelles il est encore possible d'observer l'alternance entre les zones de courants peu profondes, et des zones plus calmes de plats lents et de profonds. Ces rivières qui sont aussi parsemées des petites îles, des grèves de graviers et de sable.  

En premier lieu je citerai la Loire : une des rivières de mon enfance.  Je dis rivière, mais il s'agit bien d'un fleuve. Mon arrière grand mère et mes grands parents habitaient tout à côté. Les week-end passés en famille, étaient pour moi l'occasion de retrouver ce si beau fleuve. Malgré le temps passé à ses côtés, je connais peu la pêche sur ce fleuve. Je me contente souvent d'y pêcher les perches et les chevesnes l'été. Je cherche aussi les barbeaux. Quel poisson fantastique. Quand je vois les heures qu'on passe tous à chercher les perches et les sandres et le peu de temps qu'on consacre à ce poisson, je me demande si on est pas un peu tous fada.

La Loire

Comme autre grande rivière qui m'est familière il y a la rivière d'Ain. Je l'ai découvert sur le tard mais c'est une rivière sur laquelle je passe beaucoup de temps à chercher les truites aussi bien dans le département du Jura que dans le département de l'Ain. C'est une rivière magnifique qui malheureusement souffre actuellement beaucoup et se dégrade. 

L'Ain

Une autre de mes rivières de coeur est le Doubs dans sa basse vallée. C'est un endroit somptueux où la biodiversité est encore remarquable. Enfin je citerai l'Arroux, rivière de mon département de Saône-et-Loire qui abrite une diversité piscicole très intéressante. Je la connais surtout pour ces belles truites que je cherche en fin de printemps. Mais c'est aussi une belle rivière à brochet.  

L'Arroux

Il n' y a pas que les grandes rivières que je porte dans mon coeur, il y a aussi tous ces petits cours d'eau dont la largeur est comprise entre 3 et  10 mètres et qui s'écoulent à travers nos campagnes. Je préfère bien évidemment les rivières aux potentiels salmonicoles car je pêche beaucoup la truite. Cependant j'aurai l'occasion de reparler de toutes les autres petites rivières ; pour la plupart complètement méconnues ou oubliées des pêcheurs.

Parmi mes rivières à truite préférées, il y a dans mon département, les rivières du secteur Morvan : la Celle, la Canche le Méchet et leurs affluents. Les quantités de poissons ne sont pas toujours au rendez-vous, mais ce sont des endroits forts sympathiques. Certaines vallées perdues valent le détour.

La Canche

 La Canche

Le Méchet

J'aime aussi les rivières qui descendent sur le Brionnais comme le Mussy ou le Botoret. J'ai d'ailleurs découvert la pêche à la truite, il y a une vingtaine d'année sur le Mussy. Je me souviens comme si c'était hier d'un après-midi orageux, où je m'étais rendu sur les berges du Mussy avec une canne et une vingtaine de vairons. En l'espace de 3 heures, j'avais consommé tous mes vairons. 

Le Mussy

J'apprécie enfin certaines rivières à truite plus lointaines. Je l'ai fréquente beaucoup moins, mais je garde en mémoire leurs souvenirs. J'ai ainsi en tête, la Lemme, la Saine, la Sirène, le Drouvenant dans le Jura. En Lozère, j'apprécie plus que tout le Gardon de Sainte Croix.

la Lemme

 

Le Gardon de Sainte Croix Vallée Française

J'évoquais aussi auparavant toutes ces petites rivières que nous délaissons en tant que pêcheurs.

Dans mon département de Saône-et-Loire, il y a des centaines et des centaines de kilomètres de cours d'eau qui ne voient jamais un pêcheur de l'année, où alors parfois les enfants de l'agriculteur du coin qui y descendent l'été à vélo pour pêcher quelques goujons. 

Ces rivières, je les connais bien grâce à mon travail. Chaque année, nous réalisons de nombreux inventaires piscicoles sur ces milieux. Les résultats sont sans appels. Certes, ces petits cours d'eau n'abritent pas forcément des espèces piscicoles patrimoniales sensibles (lamproie de planer, chabot, truite, lote...), et encore que, mais elles abritent toutes de grosses quantités de fritures (goujon, spirlin, loche, chevesne, gardon).

Lorsque les propriétaires riverains assistent avec nous à ces échantillonnages, le refrain est toujours le même : "mais il y a rien la dedans et puis avec la sécheresse tout est mort, il n' y a plus de trous".

A la fin de l'échantillonnage quand les poissons sont comptabilisés, les surprises sont au rendez-vous car les chevesnes et les goujons abondent toujours. Il y a tant de kilomètres de rivières méconnues pour faire des vifs, de la friture, des gros chevesnes parfois quelques perches. Les techniques modernes et les modes nous amènent tous sur les mêmes spots à chercher les 10 mêmes poissons.

J'exagère un peu bien sur, mais nous ne pêchons qu'une infime partie de notre patrimoine halieutique. La frustration vient peut-être de là aussi.

Le Bézo, rivière du bocage brionnais

 

Enfin pour terminer, il m'est impossible d'oublier tous ces petits ruisseaux (largeur inférieur à 2 mètres). A quelques exceptions, je ne les pêche pas, mais ce sont bien souvent les poumons de nos rivières. Pour certains d'entre eux, ils abritent encore des espèces emblématiques fortement menacées comme l'écrevisse à pieds blancs. D'autres hébergent encore quelques belles populations de truites. J'adore ces ruisseaux. Il en coulerait un dans mon jardin que cela suffirait à faire une partie de mon bonheur. Ces milieux sont fragiles, c'est bien souvent parce qu'ils sont isolés de tout, dans des vallées encaissées et accidentées, qu'ils sont encore de magnifiques écosystèmes. Sinon pour beaucoup d'entre eux, ils ont déjà et depuis bien longtemps étaient transformés en fossés.

Le ruisseau des Vernottes dans le Morvan

Elles me manquent toutes ces rivières, mais j'espère les revoir très bientôt. Malheureusement nous ne sommes qu'en avril et la sécheresse est déjà là.

Pour beaucoup, elles continueront à couler malgré toutes les dégradations et toutes les souffrances que nos modes de vie leur font endurer. Elles continueront aussi à couler malgré le peu d'attention et de soin que nous leur apportons. C'est certainement aussi pour cela que je les aime tant.


Tu as aimé cet article? Suis nous par e-mail.


 Rem

 

 

 

Commentaires   

Rémy
+1 #2 Rémy 23-04-2020 21:46
Merci Thomas!
La situation est effectivement très préoccupante. Je crains qu'il faille s'habituer à ces sécheresses. Pour l'instant je n'arrive pas encore à me faire à cette idée. C'est très stressant
Citer
thomas21
0 #1 thomas21 23-04-2020 19:20
Salut,
Très beau texte Rémy, je te rejoins totalement.
Avec une grosse inquiétude sur la sécheresse que subit le quart NE actuellement...c'est plus qu'alarmant :cry:
Citer

Quelque chose à nous dire!